Chevrin-Geli

Tradition et savoir-faire depuis trois générations

Retrouvez notre savoir-faire sur :
Retrouvez Chevrin - Geli, spécialiste de la restauration de bâtiments anciens, sur Pinterest Retrouvez les images des réalisations Chevrin - Geli, spécialiste de la restauration de bâtiments anciens, sur Instagram Retrouvez le réseau professionnel Chevrin - Geli, spécialiste de la restauration de bâtiments anciens, sur Linkedin Retrouvez les vidéos Chevrin - Geli, spécialiste de la restauration de bâtiments anciens, sur Youtube

2018 – Restauration du mur de soutènement du Parc de Rochegude

https://www.ladepeche.fr/article/2018/06/09/2814421-parc-rochegude-les-macons-au-chevet-du-mur-de-soutenement.html

 

« Beaucoup d’eau a passé sous les ponts d’Albi depuis la fin des années 1800, où le maire d’alors, Gabriel Soulages (1838 -1903) avait décidé de faire du parc légué à la ville par l’amiral Rochegude, un jardin à l’anglaise. Il n’aura pas échappé aux visiteurs que le mur de soutènement en face de l’hôtel Rochegude vient d’être restauré. «Nous y réfléchissions depuis longtemps», confiait Pierre-Marie Senes, l’élu en charge des Parcs et Jardins, «c’est un chantier compliqué, le parc est classé «Jardin Remarquable» au patrimoine historique et soumis à l’approbation des architectes des Bâtiments de France. Nous avons commencé les travaux le 12 février 2018 afin de restaurer les 142 mètres du mur, un travail confié à l’entreprise agréée et spécialisée Chevrin Geli. L’idée, c’était de conserver au mur son aspect originel. Le montant des travaux s’élève à 80 000 euros, nous pensions davantage, alors nous n’avons pas hésité… D’autant que nous sommes satisfaits du résultat, nous avons d’ailleurs beaucoup de retours positifs d’Albigeois.» Une première restauration au début du XXe avec un mortier inadapté avait provoqué l’apparition de sels qui avaient rongé les briques au fil du temps, précisaient les maçons. Déconstruire, refaçonner et remplacer partiellement les pièces trop abîmées : telle fut la tache de l’entreprise, sous l’œil des services des Parcs et Jardins. Les couvertines (couronnement du mur) ont aussi été retravaillées ou remplacées : «Nous avons dû trouver des pierres à l’identique», confiait un responsable, la carrière de Salle-sur-Cérou, dans le Tarn, qui avait fourni à l’époque ayant fermé, nous en avons trouvé en Espagne, et trouver la bonne teinte du mortier (chaux et sable). Les travaux ont été faits dans le respect des ifs centenaires, précisait-on. Ce mur donne aussi à lire son histoire, avec différentes périodes de construction visibles ; des trous carrés qui avaient permis d’installer les échafaudages en bois, qui ont fonction de barbacane en évacuant l’eau. Sur la partie centrale, les 4 platanes majestueux ont retrouvé un socle consolidé et pimpant, histoire de contempler longtemps encore les siècles à venir… »